Miracle à Lourdes

Bookmark and Share


En ce matin du 18 septembre 1912, Armand et Céleste Lambert, épiciers de leur état, près de Dijon préparent une énorme escroquerie. Et c’est une cliente qui va servir, malgré elle, d’élément déclencheur. Peu avant midi, elle se présente à l’épicerie et demande un kilo de sucre de canne. Armand Lambert, grimpe sur son échelle pour accéder au paquet de sucre. Et c’est à cet instant que l’accident se produit. Armand perd l’équilibre et tombe de l’échelle. Et la mauvaise chute le laisse paralysé des deux jambes dans un fauteuil roulant. Les médecins ont diagnostiqué un choc nerveux. Et la compagnie d’assurance a payé la prime prévue en cas de paralysie des deux jambes : 100.000 francs. Une somme bien utile pour acheter la boutique d’à côté. Le hic ? Armand Lambert n’est pas réellement paralysé. Il fait semblant toute la journée dans son fauteuil roulant. Et quelques mois plus tard il est excédé de devoir jouer ce rôle. Il ne supporte plus de rester toute la journée dans son fauteuil à accueillir des clients compatissants. C’est alors qu’il a l’idée d’aller en pèlerinage à Lourdes pour faire miraculeusement disparaître sa paralysie. Et cela marche ! Le 15 août 1913, Armand Lambert est plongé dans la piscine, se lève lentement et constate qu’il marché. Et c’est l’euphorie dans la foule : un miracle est arrivé.
Quelques jours plus tard, Armand et Céleste Lambert quittent Lourdes pour rentrer dans l’épicerie familiale. Tout le pays les attend. Car, un miracle cela ne se produit pas tous les jours. Et Armand et Céleste discutent du nom futur de leur épicerie : Au miraculé ? Chez Sainte Bernadette ? Quand tout à coup la collision se produit entre leur train et un train de marchandises. Une glace brisée par le choc blesse Armand qui est transporté à l’hôpital. Et c’est là que le médecin apprend à Céleste que son mari a dû être amputé de deux jambes.

Découvrez nos arnaques en cours


Mot de passe oublié? cliquez ici
Astuce pour reçevoir les dernières arnaques, Inscrivez-vous
Attention taxi !

Ce matin, Ibrahim hèle un taxi dans les rues de Tunis. Quoi de plus facile, ils sont nombreux ces taxis jaunes à sillonner quotidiennement les rues de la capitale. Tout au long du parcours, il sympathise avec le chauffeur qui s'arrête et lui demande d'aller acheter un pain pendant qu'il reste dans le taxi stationné en double file. Ibrahim, tout heureux de rendre service, accepte volontiers. Lorsqu'il revient vers la voiture, il constate que le taxi a disparu avec son sac et son ordinateur resté dans la voiture. ...

Bien choisir son organisme de voyage
Ne pas attendre la fin du séjour pour constater le problème et faire acter les anomalies constatées par rapport aux promesses initiales. En effet, si un problème advient et si le prestataire est sérieux, il essayera de trouver une solution ou de vous proposer une compensation le plus rapidement possible. En fin de séjour, cela risque d’être plus difficile.
Les principaux organismes belges répertoriés ci dessous sont particulièrement actifs en matière d'arnaques et de protection des consommateurs